Le Tour d’Europe de la Souris Verte : étape Belgique

 Du 22 au 25 Mai 2014, les électeurs des 28 états membres de l’Union Européenne vont élire les 751 députés Européens au sein du Parlement Européen. Mais il se passe quoi au fait un peu partout en Europe ? Comment les jeunes militants voient-ils l’Europe, l’engagement politique et les enjeux politiques des élections ? On a posé la question à plusieurs militants, pour notre Tour d’Europe, et aujourd’hui c’est Nicolas de Bruxelles qui nous répond !

Rédac SV : Salut Nicolas, ça va ? Qui es-tu ? D’où viens-tu ?

Nicolas : Hello ! Je suis un jeune bruxellois engagé qui milite chez écolo j, l’homologue belge-francophone des Jeunes Ecologistes. Je m’occupe des relations internationales et notamment de la coordination entre notre organisation et la Fédération des Jeunes Verts Européens.

Rédac SV : Qu’est-ce qu’être Européen pour toi ?

Nicolas : J’aurais tendance à dire qu’il s’agit d’une personne résidant en Europe continentale, peu importent son origine et sa nationalité. Une personne plus ou moins à mi-chemin entre l’Orient et l’Occident, qui a à mon sens un rôle fondamental à jouer pour l’avenir.

Rédac SV : Quelle est la situation dans ton Euro-région ? Qui sont les candidats ? Quelle est la dynamique ?

Nicolas : Mon “Euro-région” (sourire, on n’utilise pas ce terme outre-quiévrain) a une situation très particulière puisque chez nous, le 25 mai ce sont non seulement les élections européennes, mais aussi les élections fédérales et régionales : 3 bulletins de vote pour le prix d’1 ! Les têtes de liste des principaux partis ont changé sauf chez les libéraux pour lesquels on retrouve de nouveau Verhofstadt et Michel. Chez Ecolo, nous avons décidé que ce serait Philippe Lamberts (“le pire ennemi de la City”) qui nous représenterait à l’Europe. Nous avions atteint un score de 22,88% aux précédentes élections, ce qui nous avait permis d’avoir 2 députés. 5 ans plus tard, pas d’illusion, nous enverrons seulement Philippe au Parlement Européen du côté francophone, et Groen espère renvoyer Bart Staes.

1529741_10151985597545866_1521584188_o

Rédac SV : Les élections européennes sont les élections les moins populaires. Pourtant, même avec des Eurodéputés loin à Bruxelles et Strasbourg, les conséquences sur l’Europe sont visibles. As-tu des difficultés à parler d’Europe autour de toi ?

Nicolas : Habitant Bruxelles, les discussions autour de l’Europe sont courantes, surtout ces dernières années avec toutes les mesures d’austérité que l’UE a imposé à ses états membres et notamment à la Belgique. En revanche, lorsque l’on souhaite manifester au sujet d’un traité comme le TSCG ou le TTIP, on arrive à mobiliser des forces d’énormément de milieux différents mais au final, peu de citoyens sortent dans la rue. Sinon, du fait que les élections européennes aient lieu en même temps que les fédérales et régionales, j’ai vraiment l’impression que le belge moyen (déjà désintéressé de la politique à la base) ne mesure absolument pas les enjeux de celles-ci.

Rédac SV : Est-ce qu’il existe un projet intéressant /qui te tient à cœur qui a été mené durant le dernier mandat en Europe ?

Nicolas : J’aimerais beaucoup qu’on remette la Politique Agricole Commune sur la table et qu’on arrive à imposer des règles strictes en matière d’environnement, de santé et de protection de la biodiversité notamment. La venue des OGM m’effraie et je trouve scandaleux que notre agriculture soit encore essentiellement basée sur la pétrochimie dans des conditions immondes à l’heure où des pays comme le Bhoutan cultivent 100% bio.

Rédac SV : Demain, comment tu vois ton Europe ?

Nicolas : Je souhaite la voir indépendante énergétiquement grâce au déploiement rapide et massif du renouvelable. Cela contribuerait énormément à résoudre les crises sociales et environnementales qui risquent fort de nuire aux européens si elles ne sont pas prises en main : création d’un nombre considérable d’emplois, réduction de la facture énergétique et des émissions de gaz à effet de serre.

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur telegram
Partager sur Telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur Whatsapp

Laisser un commentaire