Tour de France de la Souris Verte : Bordeaux #2

Dans le cadre de son tour de France, la rédac de la souris verte revient à Bordeaux pour interviewer Nelson. Bordeaux, c’est le grand forum d’été des Jeunes Écologistes. Ils ont besoin d’être bien au courant de la situation locale avant d’y aller !

Rédac SV : Salut Nelson, ça va ? Qui es-tu ?

Salut la Souris Verte, bienvenue à Bordeaux, capitale de la Gascogne. Je m’appelle Nelson Palis-Niermann, je suis cette année membre du pôle des groupes locaux au sein de l’exécutif fédéral des Jeunes Écologistes et JEBA (Jeune Écologiste Bordeaux-Aquitaine) de cœur depuis la création du groupe en Décembre 2011. Je fais des études d’Allemand en Master 2 Recherche, dans lequel j’écris un mémoire sur l’utilisation de la nature dans le discours politique de la République de Weimar (1918-1933). Je suis Gauchiste de naissance. Ma famille maternelle étant sociale-démocrate allemande depuis des générations et celle de mon père a toujours eu un penchant social, avec plusieurs membres du PCF, je suis devenu écologiste par conviction. L’Écologie politique m’a attiré tout d’abord pour son côté social et sociétal (féminisme, défense des droits LGBTQI, protections sociale et culturelle des minorités, revenu minimum, etc…) mais je suis aussi convaincu de l’extrême importance de l’environnementalisme, surtout en matière de transition énergétique.

Rédac SV : Tu es donc candidat à Bordeaux sur une liste ¨PS-EELV-Société civile. Quel est ton ressenti ? Quels sont les enjeux à Bordeaux ?

Bordeaux est surnommée la « belle endormie », et cette liste d’union de Gauche aimerait la réveiller du sommeil dans lequel elle est plongée depuis 67 ans. En effet, depuis les premières élections municipales qui ont suivi la seconde guerre mondiale, en 1947, la ville n’a jamais connu d’alternance politique, avec seulement 2 Maires : Jacques Chaban-Delmas, de 1947 à 1995, et Alain Juppé depuis 1995, qui se représente encore cette année. Pire encore, ils ont tous les 2 toujours gagnés dès le Premier Tour.Team Feltesse

Les enjeux sont multiples, notamment, sur les quartiers populaires, comme le mien autour de la Gare St-Jean, qui ont été largement délaissés par le maire sortant. L’idée est de créer à Bordeaux un « nouveau quartier latin », vraie plaque tournante internationale en matière de multiculturalisme et de recherche universitaire, qui serait très bénéfique pour les étudiant-e-s. La majorité d’Alain Juppé fait de plus en plus de Bordeaux une ville-musée, certes belle, mais qui perd peu à peu en vie, et qui oublie totalement le social et la culture. Nous manquons cruellement de logements sociaux, seuls les voiries des quartiers les plus aisés sont entretenus, la gestion des déchets est une honte, les places de Bordeaux sont minéralisées et sans espace de vie… Bref, il y a beaucoup à faire sur les berges de la Garonne.

Rédac SV : Pourquoi tu as choisi de t’investir dans la politique de ta ville en tant que colistier de Vincent Feltesse, candidat socialiste à Bordeaux ?

Notre tête de liste socialiste, Vincent Feltesse, est actuellement président de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB) et il a beaucoup travaillé avec les écologistes pour améliorer la métropole bordelaise. En matière de transports, deux exemples me viennent, que sont le VCub, vélo libre-service, et le BatCub, navette fluviale sur la Garonne. Il a vraiment été à l’écoute des propositions écologistes, et a accepté toutes les idées que nous avons apportées à son programme. Il sort du schéma classique social-démocrate que nous critiquons souvent, et a une réelle vision d’avenir. De plus, la volonté d’une réelle transition énergétique, comme à Munich qui prévoit 100% d’autonomie en énergies renouvelables dès 2025, et celle de reverdir la ville, m’ont beaucoup plu.

De plus, les écologistes ont toute leur place, avec carte blanche pour organiser leurs propres actions, comme l’opération « Bordeaux, ville des #SansPlace », qui jouait sur le jeu de mots des 100 places bordelaises, et mettaient en avant le manque de vie et de nature dans ses espaces urbains, ou comme la soirée des énergies positives, que nous avons organiser jeudi dernier (le 13 Mars), en présence notamment du Sénateur écologiste Ronan Dantec, pour parler de la transition énergétique à Bordeaux.

#SANSPLACE secretRédac SV : Est-ce qu’il existe un projet intéressant, qui te tient à cœur qui a été mené durant le dernier mandat ?

Ce qui m’a beaucoup fait mal, c’est de voir que rien n’a été fait dans mon quartier depuis les 6 ans que j’habite Bordeaux, ce qui correspond à une législature municipale, alors que d’autres, qui doivent servir de vitrines à touristes, ont le droit à des rénovations quasi-superflues. Outre l’énorme projet inutile qu’est le Grand Stade de Bordeaux, aberration financière et environnementale, c’est la dépense de 500.000 euros pour une statue en bronze de l’ancien maire, Jacques Chaban-Delmas, qui m’a choqué. Mais c’est dans ce genre de projets inutiles que l’on voit l’inventivité du monde politique et associatif, car la statue avait été décorée en hippie lors de « l’appel du 18 joints » par des associations pro-légalisation de Bordeaux, et en face du projet de Grand Stade, les élus écologistes bordelais ont planté un poirier en signe de protestation, qui pousse très bien depuis.

Rédac SV : Demain, comment tu vois ta ville ?

Je vois une ville vivante, qui laisse la place au développement humain et au développement de la nature. Je vois une ville qui a enfin compris la chance qu’elle a d’avoir 40.000 étudiant-e-s, venant de toutes origines sociales et culturelles. Je vois une ville ouverte, qui met tous ses habitant-e-s sur un pied d’égalité et qui produit les trois quarts de ses aliments dans un rayon de 50km (alors que Bordeaux aujourd’hui ne tiendrait qu’un seul jour en autonomie alimentaire). Et enfin je vois une ville à la pointe de la transition énergétique, première grande ville française à être autonome en énergie.

 Rédac SV : Merci Nelson, bon courage dans ta campagne !

Site Web  de la campagne : http://www.vincentfeltesse.fr et http://bordeaux.eelv.fr

Résultats 1er tour :

M. Alain JUPPÉ (Union de la droite) : 60,94%

M. Vincent FELTESSE (Union de la gauche) : 22,58%

M. Yves SIMONE (Divers) : 2,78%

M. Vincent MAURIN (Front de gauche) : 4,59%

M. Jacques COLOMBIER (FN): 6,06%

Mme Fanny QUANDALLE (LO) : 0,51%

M. Philippe POUTOU (NPA) : 2,50%

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur telegram
Partager sur Telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur Whatsapp

Laisser un commentaire