#InsideCOP J5 : Où l’on apprend ce que sont les loss & damage

Du 30 novembre au 11 décembre a lieu au Bourget, en Seine-Saint-Denis la COP21. Les 7000 représentants des 196 signataires de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique se réunissent afin de mettre sur pied un accord universel de lutte contre le changement climatique. Cinq jeunes écologistes ont réussi à se faufiler à l’intérieur du centre de conférence. Chaque soir, ils racontent à la Souris Verte leur journée #insideCOP.

Retrouvez ici les récits des jours précédents.

Nous retrouvons en ce 5° jour de négociations Maximilien qui fait partie de la délégation de la FYEG (Federation of Young European Greens), la Fédération des jeunes verts européens.Max COP21 SV

SV : Bonjour Max, tout d’abord merci de te prêter à l’exercice #InsideCOP J5. Tu fais partie de la délégation de la FYEG, et plus précisément tu es leur « expert » loss and damage ». Peux tu nous en parler ?
Max : C’est un article de l’accord (on espère !) qui s’attache à trouver des solutions lorsqu’il y a des dégâts ou littéralement des « pertes et dommages » provenant du changement climatique. Cela concerne par exemple des montées des eaux, des typhons, des phénomènes de désertification…
Le problème est que le sujet est à la fois vaste et vague, il est difficile d’en définir les contours et certains pays tentent de profiter de ce flou.

SV : Comment trouves tu l’ambiance à cette COP21 ? On me souffle que tu as assisté à une précédente COP…
Max : Oui effectivement je faisais partie de la délégation de la FYEG à la COP19 de Varsovie. Je trouve la conférence de Paris assez bizarre : à Varsovie il y avait beaucoup plus de sessions ouvertes à l’ensemble des observateurs (c’est-à-dire les représentants de la société civile), on pouvait donc enchainer facilement des sessions toute la journée. Ici il n’y a généralement que deux ou trois sessions ouvertes par jour, donc pas grand-chose à faire pour les observateurs des YOUNGO.

SV : Et concrètement, qu’est ce que vous faites avec les YOUNGO ?
Max : Alors, aujourd’hui on essaye d’intervenir dans la session de fermeture. Durant cette session très technocratique, le président de session lit les articles et demande si les représentants des pays sont d’accords sur ces articles. A la toute fin de la session, les YOUNGO ont un créneau chronométré de deux minutes pour intervenir. On a préparé une intervention sur trois articles :
– sur les loss & damage,
– sur l’éducation
– et enfin sur l’adaptation.
Deux minutes c’est très court ! On espère réussir à faire l’intervention et qu’elle sera prise en compte. En tout cas on ne peut pas se permettre de ne pas utiliser ce créneau où peut donner notre avis !

SV : Que retiens tu de ce 5° jour de négociations ?
Max : Oh, plusieurs choses.
Tout d’abord, un nouveau texte est paru ce matin pour l’accord de Paris : il est censé rassembler les avis des différents pays ce qui est positif, néanmoins en ce qui concerne l’article 5 « loss and damage » ce texte est plutôt fermé sur les possibilités de financement (il reste très vague). Le texte joue beaucoup sur le vocabulaire. Par exemple, toujours sur l’article 5, la compensation est complétement exclue du fait des Etats-Unis et l’UE.
Sinon, aujourd’hui l’Arabie saoudite a obtenu la place de Fossil of the day, « récompense » décernée par le Réseau action climat (RAC). L’Arabie bloque les négociations par rapport à la limite en degrés de l’accord : elle veut absolument rester à 2° alors que d’autres pays -les pays vulnérables en premier lieu et maintenant l’Allemagne et la France- commencent à parler de 1.5°. Elle essaye aussi de faire retirer la notion de « droits humains » du texte ce qui pose quelques interrogations par rapport à sa place à la tête Commission des droits de l’Homme de l’ONU (UHCR).

SV : Enfin, as-tu un moment sympa à nous faire partager ?
Max : Bien sûr ! On a eu du champagne en fin de journée dans le cadre d’un cocktail de fin de session. Ça nous a permis de reprendre des forces et de nous aider psychologiquement dans ces négociations. On espère en avoir encore demain !

MAX SV COP21 champagne

La délégation de la FYEG cette semaine : Anton, Max et Cécile ont découvert le champagne !

SV : Merci beaucoup pour cette interview Max, d’autant plus que les conditions étaient difficiles (interview téléphonique dans le RER et métro) ! Bon courage pour la suite de la conférence !

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur Facebook
Partager sur twitter
Partager sur Twitter
Partager sur telegram
Partager sur Telegram
Partager sur whatsapp
Partager sur Whatsapp

Laisser un commentaire