Author Archives: camille-d

Everyday I’m Capuling, manchot et mort aux vaches !

Cette semaine, une nouvelle loi vient d’être adoptée en Turquie. Elle permet aux policiers turcs d’envoyer en détention pour 24 heures toute personne dont le comportement pourrait constituer « un risque de participation à une protestation ». Sans l’avis d’un juge ou d’un procureur, bien sûr.

C’est donc l’occasion pour moi de vous introduire deux vidéos qui donnent un peu une idée de ce qui se passe ici entre manifestants et forces de l’ordre.

Dans cette vidéo, il est donc question de manchots. Le manchot (puis le Pingouin parce qu’au fond c’est (un peu) la même chose) est devenu un symbole de direngezipark (Diren signifiant « résistance » en turc). Le premier soir des manifestations, fin mai, alors que CNN World diffusait les images des événements de la place Taksim, CNN Turquie, détenue par l’AKP (Parti pour la justice et le développement dont est issu Recep Tayyip Erdoğan, le Premier ministre turc depuis 2003), diffusait un reportage sur… les manchots ! Dans cette sublime vidéo, les chanteurs invitent donc les manchots/pingouins à être vigilants, le sol étant mouillé… du fait des canons à eau.

« Çapulcu », selon mon petit dictionnaire franco-turc, signifie « vandales » ou « pillards » voire plus couramment « moins que rien » et c’est ainsi que Recep Tayyip Erdoğan qualifiait les contestataires de la place Taksim au début des évènements. Imaginez un Nicolas Sarkozy qualifiant les habitants de nos cités HLM de « racailles » et vous aurez une idée de l’émoi qu’a pu susciter l’emploi de ce terme ici. En turc, l’une des insultes les plus courantes signifie « sans honneur ». Qu’un Premier ministre utilise ce terme, « çapulcu », c’est énorme ! Les manifestants se sont rapidement appropriés le symbole et l’on m’a plusieurs fois raconté l’histoire de cette femme enceinte qui portait un tee-shirt « futur çapulcu » ou ces enfants portant des tee-shirt « Erdoğan, tu veux vraiment des enfants comme nous ? », le Premier ministre ayant invité les femmes turques à faire au moins trois enfants. Alors « Everyday I’m çapuling., tututututu tutu »

En Turquie, la formation des forces de l’ordre diffère un peu, notamment en rigueur, de celles de nos vaches à nous. Plus jeunes, ils sont non seulement moins formés aux manifestations mais surtout encouragés par le pouvoir à mater les résistants. A l’instar de la dernière loi permettant d’envoyer en détention quiconque aurait un comportement susceptible de participer à une manifestation, les forces de l’ordre jouissent déjà d’une quasi immunité. Les abus sont donc nombreux et entretenus par un climat nauséabond puisque certains groupe pro Erdoğan parcourent parfois les manifestations pour ramener les manifestants aux forces de l’ordre comme le montre certaines vidéos. Ainsi, dans un rapport rendu public mercredi dernier et intitulé Gezi Park protests: Brutal denial of the right to peaceful assembly in Turkey, Amnesty International décrit les nombreux excès dont la police s’est rendue coupable pendant les manifestations, en soulignant que ces agissements n’ont fait l’objet d’aucune poursuites tandi que les personnes ayant manifesté ont, elles, été inculpées. Ce rapport d’Amnesty International parle de plus de huit mille manifestants blessés du fait de violences policières excessives.

Mort aux vaches !

Camille Dantec, envoyée spéciale de La Souris Verte en Turquie

From NDDL to Taksim

Cette chronique a pour objectifs de donner certaines clés de compréhension du mouvement qui a lieu en ce moment en Turquie et des résistants de la place Taksim. Elle tentera de jouer les décodeurs en fournissant anecdotes, définitions et éclairages sur ce formidable soulèvement. Focalisée sur ce qui fait aussi l’identité de la résistance autour de Gezi Parc à savoir les formes nouvelles et créatives que prend la contestation, elle pourra agir comme un partage de savoir-faire à plusieurs milliers de kilomètres.

En effet, si malgré les répressions d’une grande violence et l’extrême malhonnêteté des médias le mouvement perdure, c’est aussi grâce aux formes de luttes qui sont explorées, mises en place, achevées aux alentours du parc gezi. Partager ce qui se passe ici est enfin un devoir moral car la liberté d’expression ne jouit pas ici tout à fait des mêmes garanties.

From NDDL to Taksim parce que c’est un peu mon parcours militant, parce que sans être comparable dans leur ampleur, ces mobilisations le sont dans leur objet ; pour tisser une solidarité en relayant la lutte alors qu’on tente de la faire taire et rendre hommage au courage de cette résistance ; et, enfin, pour se gorger d’espoir.

«La vigueur la plus forte la créativité la plus importante des agents du renouveau semble venir de ce troisième pouvoir, la société civile tel que définit par Nicanor Perlas et qui peut devenir une société civique, c’est à dire qui influe et agit sur la construction du politique. (…) En effet, c’est au sein de ces dynamiques qu’un nombre certainement encore faibles mais croissant de personnes veut retrouver les moyens d’agir sur leur environnement direct dans un contexte global de mondialisation où les décisions se prennent ailleurs. C’est au sein de ces groupes que s’expérimente la combinaison des énergies de résistances, de créativité et d’espérance…» Patrick Viveret – Préface à «Les nouveaux collectifs citoyens»