Boite à outils

Le streetactivism écolo : le tag en mousse !

Vous cherchez une méthode simple, écologiste et pas chère pour afficher des messages en ville ?
Nous vous proposons les TAGS EN MOUSSE !

Matériel

– Mousse végétale (trouvable sur des troncs d’arbres)
– Farine
– Eau
– Sucre en poudre (optionnel)

Le principe est simple : on va “cuisiner” une colle naturelle à partir de farine et d’eau, qui servira à fixer des morceaux de mousse sur les murs.

Fabrication de la colle

Dans une casserole, mélangez 2 cuillères à soupe de farine de blé et 1 cuillère à café de sucre (facultatif) avec un demi verre d’eau.

Faites chauffer à feu doux et mélangez au fouet ou à la fourchette pour éviter les grumeaux. Délayez cette sauce blanche avec 2 à 3 verres d’eau, en mélangeant toujours.

L’amidon, en chauffant, va épaissir la préparation.

Vous devriez vous retrouver avec une consistance similaire à celle de la béchamel. Si la colle est trop épaisse, n’hésitez pas à ajouter de l’eau !

Patientez un peu que la colle ait refroidi avant de l’utiliser !

Sur le terrain !

Trouvez un mur lisse. Appliquez de la colle, en suivant la forme ou le message voulu. Rapidement, collez des morceaux de mousse végétale. Et voilà ! Votre tag restera un petit moment sur le mur, s’il n’est pas nettoyé. Et il est 100% biodégradable.

Quelques exemples de tags en mousse des Jeunes Écologistes ! N’hésitez pas à partager vos créations sur les réseaux sociaux !

Tag en mousse "botanique la terre"

tag en mousse "ô arbres citoyens"  tag en mousse "Green revolution"

La Boîte à outils #4 – Fabriquer ses produits ménagers

Que des bonnes raisons pour se mettre à fabriquer ses produits d’entretiens maison :

– Parce que d’abord ça coûte cher de se fournir au supermarché en désinfectants en tous genres, déboucheurs de tuyauteries et produits pour nettoyer.

– Et parce que surtout les produits d’entretiens chimiques ne sont bons ni pour la santé de la planète, ni pour la tienne !

1- Les produits ménagers contiennent de nombreux agents non biodégradables comme les dérivés de pétrole et anti-calcaire. Ils sont extrêmement toxiques pour l’environnement lorsqu’ils se retrouvent dans les eaux usagées.

2- Lorsqu’on lave et désinfecte nos pièces avec des produits chimiques, on les inhale au quotidien, même lorsqu’ils sont secs. Imaginez à long terme les conséquences que peut avoir l’eau de Javel sur notre santé par exemple, quand on voit ce qu’elle fait endurer aux petites bactéries de notre salle de bain. De plus, à vouloir éliminer toute trace de vies microscopiques de notre espace personnel, on affaiblit notre immunité et favorise d’avantage les allergies et l’asthme. Notre corps n’a tout simplement plus l’habitude d’être en contact avec des bactéries. Et dire que si nous passons du temps dans notre appartement, c’est pour s’y sentir bien…

Alors si on est sensible à un ou plusieurs de ces arguments, on s’empresse de faire le ménage dans nos placard et on se met à fabriquer ses potions magiques homemade pour nettoyer !

Comment faire un désinfectant multi-usage maison ?

Il te faut :

– Une bouteille ou un ancien spray vide

– Des écorces d’agrumes que l’on récupère en fin de repas (orange et citron)

– Du vinaigre blanc de base qu’on trouve en supermarché pour environ 1 euro

– De l’eau du robinet

On fait macérer 2 semaines nos écorces dans notre récipient, rempli à quantité égale d’eau et de vinaigre et c’est prêt !

C’est un super produit qui dégraisse, désinfecte, détartre et en + ça sent bon les agrumes !

Comment faire un nettoyant multi-usage maison ?

Il te faut :

– Une bouteille ou un ancien récipient ménager vide

– 2 c. à soupe de savon noir (qu’on trouve facilement en supermarché). C’est un produit inoffensif à base d’huile de lin.

– Un verre de vinaigre blanc

– Optionnel : une dizaine de gouttes d’huiles essentielles si l’on veut parfumer le produit (certaines HE comme le tea-tree, l’eucalyptus, la lavande aspic, la menthe poivrée ou le citron ont des propriétés désinfectantes.)

Complétez avec de l’eau et le tour est joué !

Comment faire son liquide vaisselle maison ?

Il te faut :

– Une bouteille ou un ancien récipient ménager vide

– 1/4 verre de savon noir

– 2 c. soupe de bicarbonate de soude

– 1 c. soupe de vinaigre blanc

– De l’eau et éventuellement quelques gouttes d’HE pour parfumer

Comment faire sa lessive maison ?

Il te faut :

– Une bouteille ou un ancien récipient ménager vide

– 1 c. soupe de vinaigre blanc

– 1 c. soupe de bicarbonate de soude

– 1/2 verre de copeaux de savon râpés, ou de paillettes prêtes à l’emploi, ou savon noir (j’utilise personnellement du savon d’alep que je râpe, mais tu peux aussi prendre du savon de Marseille)

– 1 litre d’eau (chaude de préférence pour bien dissoudre le tout)

– 4 à 8 gouttes d’huiles essentielles (citron, eucalyptus, lavande,…) C’est optionnel mais ça permet au linge de sentir tout bon !

Bien secouer le tout et utiliser 1 à 2 verres dans le compartiment traditionnel de la machine à laver pour une lessive de 5 kg.

Pour + d’infos et pleins d’idées recettes, n’hésite pas à jeter un coup d’oeil sur le blog d’Antigone XXI !

La Boîte à outils #3 – Baume à lèvres maison

Une petite recette pour ceux et celles qui ont en marre de s’acheter des sticks à lèvres industriels de plus en plus chers, qui contiennent parfois plus de 30 ingrédients imprononçables dont on ne connaît ni l’origine ni les effets sur notre corps. Je vous propose donc de vous retrousser les manches pour fabriquer notre propre baume à lèvres avec les parfums qu’on aime, en 5 minutes chrono !

Pour confectionner son baume à lèvres maison, il faut :
– Du beurre végétal (de karité, mangue, cacao… selon vos préférences)
– De l’huile végétale : personnellement j’utilise de l’huile de noyau d’abricot, mais ça peut être aussi de l’huile d’amande douce, d’argan, voire même de l’huile d’olive
– Une cire (cire d’abeille, candelilla,…)
– Un conservateur naturel (huile de germe de blé, extrait de pépin de pamplemousse ou vitamine E)
– Votre petite touche personnelle selon vos goûts et vos envies pour parfumer : Une huile essentielle par exemple (orange, citron, rose…), une poudre végétale (cacao, fruits) ou une eau florale

Recette pour 10ml de préparation environ :

– Faites fondre ensemble au bain-marie 1/2 c.café de beurre, 1/2 c.café d’huile et 1/2 c.café de cire
– Une fois le mélange fondu, enlevez du feu et mélangez avec 2 gouttes de conservateur et 2-3 gouttes de votre huile essentielle (ou 1/2 c.café de votre poudre)
– Versez la préparation dans un contenant désinfecté (petit pot ou ancien bâton de stick vide) et le tour est joué !

Attention le mélange durcit rapidement, transvasez dans votre contenant sans trop tarder !

Le baume se conserve très bien et revient environ 3 fois moins cher qu’un stick à lèvres industriel (0.90 centimes contre 3 euros) !
Que les ingrédients soient bio ou pas, on connaît les 5 composants de notre baume (contrairement aux 30 du supermarché).

Pour + d’infos et pleins d’idées recettes, n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil sur ce blog : https://antigonexxi.com/2014/02/22/faire-son-baume-a-levres-maison-cest-facile/

La Boîte à outils #2 – Le dentifrice

Faire son dentifrice ?!

Par manque de temps, d’information, on a bien souvent recours au dentifrice tout prêt acheté dans le commerce (bio ou pas d’ailleurs).Si le dentifrice est utile pour désinfecter, c’est essentiellement le brossage qui fait le gros du travail, ne l’oublions pas. Ceci étant dit, voici comment faire son dentifrice maison en moins de 5 min top chrono !

Les ingrédients

Pour préparer un dentifrice soi-même, rien de plus simple, il suffit :

– D’un petit pot en verre (un ancien pot de miel fera l’affaire !)

– D’argile blanche (qu’on trouve facilement au magasin bio du coin)

– Du bicarbonate de soude

– De l’huile essentielle de menthe poivrée (le plus “classique”, mais romarin cinéole est conseillé également, même si son goût est plus particulier)

– De l’eau (du robinet !)

La préparation

1. Compléter le pot en verre jusqu’au tiers environ (pour ne pas avoir à en refaire trop souvent, et pour ne pas non plus le laisser sécher au fond du pot) avec un mélange en proportion de trois cuillère à soupe d’argile blanche pour 1 cuillère à café de bicarbonate de soude.

2. Une fois le tiers atteint, compléter avec une à deux gouttes d’huile essentielle (menthe ou autre !)

3. A l’aide d’une cuillère à café (ou mieux encore, d’une pipette), rajouter progressivement de l’eau tout en touillant avec le bout de la cuillère ou une spatule, jusqu’à obtenir une pâte consistante. Pour éviter que le dentifrice ne se liquéfie au bout de plusieurs utilisations, il est conseillé de ne pas ajouter trop d’eau, et de le  conserver sous une forme légèrement sèche.

4. C’est prêt !

N.B. Il est conseillé de ne pas plonger la brosse à dents directement dans le pot pour éviter la prolifération de bacteries, une petite spatule en bois pour étaler fera parfaitement l’affaire !

IMG_2516

Crédit photo : lewebcomptoir.blogspot.fr

L'équipe de la rédaction se charge de vous proposer régulièrement de nouveaux articles.

La boîte à outils – #1 Le compost

Faire un compost ?!

Lorsque l’on pense compost, on mélange bien souvent contenant et contenu. On a tendance a désigner sous ce terme à la fois l’emplacement qui sert au compost (parfois appelé bac à compost) et le mélange de matière organique que l’on y dépose.



Aujourd’hui, commençons par le contenant

Il y a plusieurs types de bac à compost, celui que vous choisirez doit dépendre de deux choses :

– 1) l’espace dont vous disposez.

-2) L’équilibre prix / compétences en bricolage.

Ensuite au travail 3).

Chapitre 1 : L’espace dont vous disposez

Le principe est simple : plus vous avez d’espace, plus vous pouvez avoir un compost important.

Aucun
Dans ce cas vous vivez probablement en milieu urbain. Si vous rechignez à jeter vos déchets végétaux (et je vous comprend bien), le mieux est de voir si il existe un compost public à proximité de chez vous. Si ce n’est pas la cas contactez les services de votre municipalité, il est parfois possible d’en faire installer un! (Mais je vous l’accorde sur ce point là vous avez plus de chances que votre demande aboutisse si vous êtes grenoblois que bordelais).
Ultime étape si vous trouvez qu’il y a de meilleures utilisations que de fleurir les ronds points pour la terre fertile obtenue alors dans ce cas montez un jardin partagé (par exemple avec les JE) ou contactez les Incroyables comestibles de votre ville (http://www.incredible-edible.info/).

Balcon, bout de jardin et assimilés
Pour ceux qui ont la chance d’avoir un petit balcon ou bien un bout de jardin, une cour, un toit, que sais-je encore, faire un composteur chez vous c’est réalisable ! Il est possible d’avoir des bacs de petite taille car, comme nous le verrons plus loin ce n’est pas la taille qui compte mais la composition de votre compost.

Un jardin, un domaine forestier, quelques hectares champêtre
Pour ceux qui ont suffisamment d’espace, la taille adéquate sera liée à votre production de déchets végétaux. Vous pouvez même simplement faire un tas et attendre que le tout se décompose tranquillement.


Chapitre 2  L’équilibre prix / compétences en bricolage.

Aujourd’hui vous trouverez dans le commerce des bacs à compost de toutes tailles, généralement en plastique vert ou noir et d’une esthétique douteuse.
Si vous avez un tant soit peu de matériel pour bricoler, construire soit même son composteur est extrêmement simple. Le but est de faire une caisse en bois. Typiquement, une scie, un marteau, des clous, du bois (planches et tasseau…) et peu de travail devraient faire l’affaire.

Toutefois il y a plusieurs options pour votre compost auxquelles il faut penser ( acajou/teck, vernis/laque, sièges en cuir, clim, jantes chromées… Pardon je m’égare).

En fait, il y a deux options qui comptent vraiment :
-Un fond/ pas de fond
-Une trappe avant/ pas de trappe avant

Un fond/pas de fond
Quel est l’intérêt de ne pas avoir de fond? Si votre compost est posé sur de la terre, ne pas avoir de fond permettra aux vers de terre et autres petites bêtes utiles au compostage de venir dans votre compost. Si vous êtes sur le carrelage de votre balcon ou sur le goudron de votre cour ça ne sert strictement à rien.

Une trappe avant/pas de trappe avant
Dernière option la trappe avant. Dans l’idéal vous aurez plusieurs bacs qui correspondent aux différents stades d’avancement du compostage, dans ce cas idéal c’est inutile. Par contre si vous n’avez de la place que pour un seul bac, les différents stades de décomposition se feront en fonction de la profondeur, les apports de matières végétales se faisant par le haut. Concrètement au fond vous aurez la décomposition la plus avancée et à la surface les déchets les plus récents. La trappe permet alors de récupérer le fond du compost sans avoir à le retourner c’est donc à vous de voir.

Chapitre 3 : Au boulot !
Maintenant un modèle de compost très simple à réaliser pour ceux qui ont de la place.

Matériel :
-Palettes (six on est large)
-Clous
-Marteau
-Scie
-Pied de biche