Penser global, agir local, petite réflexion autour d’une devise écologiste

 

Le mouvement écologiste moderne est né dans les années 1970, sous l’influence de diverses idéologies et de multiples références politiques. À partir de cette diversité d’opinions, s’est construite l’idée commune de préservation de notre environnement. Ainsi, la devise « Penser global, agir local » permet aux écologistes de résumer les fondations de leur pensée politique. C’est lors du premier sommet sur l’environnement de 1972 que cette formule fut popularisée par René DUBOS1. Cette conférence internationale fut la première à placer les enjeux écologiques au niveau mondial.

Penser global, pour prendre conscience que les enjeux auxquels on fait face concernent le monde entier. Penser global, pour prendre conscience que nous n’avons qu’une seule Terre pour l’humanité toute entière. Penser global, pour prendre conscience que nos actions ont une répercussion à l’autre bout du monde.

Agir local, car nos territoires sont multiples et n’ont donc pas les mêmes enjeux. Agir local, car les habitant·e·s sont les plus à même de concevoir des solutions aux problématiques qui les touchent. Agir local, car chacun doit faire sa part dans ce combat.

On le voit bien, de cette simple devise découle une multitude de sujets et d’enjeux. Elle peut même s’appliquer à toutes les problématiques que peuvent rencontrer nos sociétés. Par exemple, appliquons cette devise à la question des transports en ville : Penser global, car les modes de déplacements dépendent de la distance domicile-travail, du niveau de richesse, de la qualité des infrastructures… Agir local, car nous devons changer nos habitudes et adopter de nouveaux comportements sur notre façon de nous déplacer.

Pourtant, l’un ne peut pas aller sans l’autre. Sans pensée globale, nous ne pouvons que difficilement agir localement. C’est ici que se situe l’écologie politique, dans cet espace entre nos comportements individuels et les solutions collectives. D’un côté, le rôle de l’écologie politique est d’être un pôle de réflexion global sur les questions environnementales et sociales2. De l’autre, son rôle est de soutenir les actions locales qui vont dans le sens de la résolution de problématiques globales3. La place d’un parti écologiste serait de faire le lien entre ces deux dynamiques, et de proposer un débouché politique à ces questions.

Aujourd’hui, plus que jamais, Pensons global, agissons local.


1 René DUBOS était agronome, biologiste et écologue français. https://fr.wikipedia.org/wiki/René_Dubos

2 C’est notamment le rôle de la Green European Foundation, soutenue par le Parti Vert Européen.

3 Ici, ce sont les multiples associations locales qui remplissent ce rôle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*