From NDDL to Taksim

Cette chronique a pour objectifs de donner certaines clés de compréhension du mouvement qui a lieu en ce moment en Turquie et des résistants de la place Taksim. Elle tentera de jouer les décodeurs en fournissant anecdotes, définitions et éclairages sur ce formidable soulèvement. Focalisée sur ce qui fait aussi l’identité de la résistance autour de Gezi Parc à savoir les formes nouvelles et créatives que prend la contestation, elle pourra agir comme un partage de savoir-faire à plusieurs milliers de kilomètres.

En effet, si malgré les répressions d’une grande violence et l’extrême malhonnêteté des médias le mouvement perdure, c’est aussi grâce aux formes de luttes qui sont explorées, mises en place, achevées aux alentours du parc gezi. Partager ce qui se passe ici est enfin un devoir moral car la liberté d’expression ne jouit pas ici tout à fait des mêmes garanties.

From NDDL to Taksim parce que c’est un peu mon parcours militant, parce que sans être comparable dans leur ampleur, ces mobilisations le sont dans leur objet ; pour tisser une solidarité en relayant la lutte alors qu’on tente de la faire taire et rendre hommage au courage de cette résistance ; et, enfin, pour se gorger d’espoir.

«La vigueur la plus forte la créativité la plus importante des agents du renouveau semble venir de ce troisième pouvoir, la société civile tel que définit par Nicanor Perlas et qui peut devenir une société civique, c’est à dire qui influe et agit sur la construction du politique. (…) En effet, c’est au sein de ces dynamiques qu’un nombre certainement encore faibles mais croissant de personnes veut retrouver les moyens d’agir sur leur environnement direct dans un contexte global de mondialisation où les décisions se prennent ailleurs. C’est au sein de ces groupes que s’expérimente la combinaison des énergies de résistances, de créativité et d’espérance…» Patrick Viveret – Préface à «Les nouveaux collectifs citoyens»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*